Infobésité: 3 techniques pour gérer la surcharge informationnelle

En finir avec l'infobésité

Le nouveau livre pratique pour organiser votre vie numérique et retrouver votre disponibilité mentale est désormais disponible.

infobésité livre 1
“Que me font ces milliers de livres, ces bibliothèques innombrables, dont, pour lire les titres, toute la vie de leurs propriétaires suffirait à peine ? Cette multiplicité des livres est plutôt une surcharge qu’un aliment pour l’esprit; et il vaut mieux s’attacher à peu d’auteurs que d’égarer, sur cent ouvrages, son attention capricieuse”.

Il n'a pas fallu attendre l'arrivée d'internet pour ressentir les effets de l'infobésité décrit par le philosophe stoïcien Sénèque, il y a presque 2000 ans.

Si à l'époque, les esprits étaient déjà surchargés sous la quantité d'informations (surtout des livres), comment décrire la situation actuelle ? 

L'information qui devait nous permettre d'acquérir de nouvelles compétences et se diriger avec plus de confiance dans notre quotidien se transforme en graisse pour notre esprit.

Plutôt que de travailler intelligemment, nous sommes paralysés par une masse de données toujours plus importantes à considérer.

Plutôt que d'utiliser notre esprit pour trouver des solutions uniques aux problèmes douloureux, urgents et reconnus de nos clients, nous sommes sans cesse connectés. 

  • Occupés à chercher notre information, nous n'avons plus une seconde pour réfléchir au calme à notre vie.
  • Occupés à consulter les news, l'anxiété s’empare de nous. 
  • Occupés à nous comparer au monde entier, le doute se déverse en nous. 

Que l'on soit bien d'accord : les outils numériques et internet, c'est grandiose. Sans eux, cet article n'existerait pas.

Mais sans les comportements adéquats et le système pertinent pour gérer nos données, nos informations et nos connaissances, l’excès d’informations nous fait perdre nos moyens.

La quantité d'informations qui courbe notre esprit à un nom.
Il s'agit de l'infobésité.

Êtes-vous Infobèse ? Souffrez-vous d'infobésité ?

L’infobèse est une victime de la surcharge d’information.

Passez en revue les questions.
Plus vous répondez "oui" et plus vous êtes un candidat à l'infobésité.

  1. Est-ce qu'il vous arrive de vous souvenir d'avoir eu une bonne idée... sans être capable de vous souvenir de l'idée en question ?
  1. Est-ce que vous terminez votre journée avec un sentiment d'inachevé ?
  1. Est-ce que vous passez trop de temps à analyser la situation et à réfléchir, plutôt qu'agir ?
  1. Est-ce que vous consultez beaucoup de contenu pour progresser (vidéos, articles, formations) sans pour autant améliorer la qualité de votre quotidien ?  
  2. Avez-vous une sensation de fatigue mentale persistante ? 
  3. Est-ce qu'il vous arrive d'interrompre ce que vous faites, et de ne plus savoir où vous étiez lorsque vous voulez reprendre le travail ?
  1. Est-ce que vous avez des supports matériels (papier ou numérique) surchargés d'information non traitée ?
    (Comme votre messagerie e-mail, votre dossier de téléchargement, votre fond d'écran, votre liste de tâches, votre logiciel de gestion de projets ?)
  1. Est-ce que vous gérez vos projets / tâches / agenda / contacts / listes et notes avec cinq applications ou plus ? 
  1. Est-ce que vous consultez les news et les réseaux sociaux plusieurs fois par jour sans savoir pourquoi ?

Je n’aime pas voir le monde en noir et blanc.

L’infobésité est plus intéressante à appréhender sur une gamme : vous êtes plus ou moins surchargé d'information en fonction du moment de l'année, de votre niveau d'énergie ou encore du projet en question.

Les personnes avec qui vous collaborez influencent aussi l'avalanche d'informations que vous devez traiter.

L’infobésité, ce n’est pas nouveau, en voici sa définition

L'infobésité (ou son synonyme, la surcharge informationnelle) est un terme inventé au Québec en 1996 (par Abraham Moles), mais cité en anglais (Information Overload) bien avant, en 1962 dans l'article de Bertram Gross "Operation basic : the retrieval of wasted knowledge"

L’infobésite émerge dans les situations suivantes :

1. “L’infobèse” n’a pas conscience de l’infobésité et de ses effets.

Ainsi, il se dira “je suis mal organisé”, ou alors “je ne travaille pas, je dois faire des heures supplémentaires pour tenir”. Il se dira “Je suis stressé, je vais partir un peu au vert, que je déconnecte”.

Dès que l’infobèse réalise qu’une grande partie de sa surcharge d’information est causée par ses comportements, il commence à se poser de nouvelles questions qui sont le début de la solution.

2. L’infobèse n’a pas les outils ni le mode d’emploi pour maîtriser l’excès d’informations.

Ainsi, il va tenter de “faire plus de la même chose”. Le résultat est désastreux : stress, anxiété, trou de mémoires, paralysie de la décision. Par exemple, il pense que plus il a d’applications spécialisées, mieux c’est.

Si cela ne fonctionne pas, c’est qu’il n’a pas encore suffisamment d’applications. Sans s’en apercevoir, il fabrique un Frankenstein Numérique.

L’infobèse n'accorde de la valeur qu'à certaines informations, comme les plus surprenantes, les plus accessibles ou les plus récentes.

Mais, l'information la plus étonnante ou la plus commode n'est pas forcément la plus pertinente.

Pensez à votre dernière recherche sur votre moteur de recherche préféré :

  • Comment savez-vous que la deuxième page ne contient pas des informations plus pertinentes pour vous ? 
  • Comment évaluez-vous la pertinence d'une information ? En fonction du nombre de partages ? 

Les effets de la surcharge informationnelle nous donne l’illusion de savoir et nous incitent à prendre de piètres décisions.

Ces erreurs viennent ajouter une couche d'information supplémentaire à gérer : il faut créer de l’information pour se justifier et rechercher de l’information pour corriger nos erreurs.

3. L’infobèse a trop d'options et ne sait pas choisir. 

Il tombe alors dans le paradoxe du choix, un concept popularisé par le psychologue Barry Schwartz dans son livre "The paradoxe of choice". 

Le paradoxe du choix stipule que plus les options sont nombreuses, plus il est difficile de choisir.

Pire encore, plus une personne est exposée à des options, moins elle sera satisfaite du choix final qu’elle prend (parce qu’elle a conscience de tous les choix potentiellement meilleur qu’elle n’a pas prise).

L’infobésité, un mot utile

D’autres synonymes peuvent être utilisés pour parler du même problème : surinformation, surcharge d’informations, déferlante d’informations, excès d’informations.

Mais le mot "infobésité" est court et permet de transmettre un sens intéressant.

Pas besoin d’avoir fait un bac+9 pour comprendre l’analogie avec l’alimentation et l'importance de la “sélection” de ce que je laisse rentrer dans mon corps / cerveau.

On est ce que l’on mange.

Mais, on oublie que nos pensées se forment avec l’information qui traverse notre esprit jour après jour.

Un doute sur ce que j’avance ?

Alors cessez de consulter les médias et les réseaux sociaux quelques jours et observez votre anxiété disparaître. 

Les deux types d’infobésité 

"L'infobésité extrinsèque".

Il s'agit de la quantité de données en circulation dans notre société (via les outils numériques, internet et les livres, entre autres). Il s'agit de la quantité d'heures de vidéos mise en ligne chaque minute sur internet.

Selon Caroline Sauvajol-Rialland,

Il a fallu 38 ans à la radio pour atteindre 50 millions d'utilisateurs, 13 ans pour la télévision, 4 ans pour internet et 3 ans pour les réseaux sociaux.

Le monde numérique est 44 fois plus grand en 2020 qu'en 2009.

Les TIC font partie du problème et de la solution à la surcharge d'information. C'est paradoxale. La différence? La capacité de l'humain à s'approprier et gérer ses outils numériques.

En 2011, 97% des entreprises occidentales étaient équipées d'un ordinateur et d'une connexion internet. 

Vous pouvez voir un aperçu des ventes de smartphone dans le monde entre 2010 et 2018.

Infobésité

Voici d'autres chiffres impressionnants

En 2018, 106,799 livres ont été publiés en France.

Plus de 319 milliards d'e-mails sont envoyés dans le monde, chaque jour. 

Sur YouTube, 30 000  heures de vidéos sont mises en ligne... chaque heure (ne sortez pas la calculatrice : il vous faudrait 82 ans pour regarder toutes les vidéos mises en ligne en 60 minutes) 

En 2021, plus de 65'000 images sont postées chaque minute sur Instagram. Chaque seconde, 9'000 messages sont postés sur Twitter.

Je pourrais continuer des heures ainsi. Ce qui est intéressant est de mettre en perspective ces chiffres afin de réaliser la croissance fulgurante de ces chiffres : le premier tweet a été envoyé le 21 mars 2006 par Jack Dorsey, le créateur de Twitter. 

Il a fallu plus de trois ans, jusqu'à fin mai 2009, pour atteindre le milliardième tweet. Aujourd'hui, il faut moins de deux jours pour qu'un milliard de tweets soient envoyés. 

Comme vous n’avez aucune influence sur les aliments disponibles dans votre supermarché, vous n’avez aucune influence sur l’information créée minute après minute sur notre planète.

Heureusement, vous avez le choix sur ce que vous décidez de consommer.

"L'infobésité intrinsèque". 

Il s'agit des données que vous gé(né)rez aux quotidiens de manière plus ou moins efficace. 

Réfléchissez à cette situation : si vous ne payez pas vos factures à temps, que se passe-t-il ? Vous recevrez de l’information supplémentaire (que vous n’auriez pas reçu si vos comportements avaient été différents).

Que se passe-t-il si vous ne respectez pas vos engagements pris avec vos clients ?

Une conversation par e-mail démarre. Cette conversation s’empile aux dizaines (centaines?) d’e-mails que vous devez déjà traiter.

Voici quelques questions qui vous aideront à réaliser l’influence de vos comportements sur votre niveau d’infobésité intrinsèque : 

  • Comment sélectionnez-vous ce à quoi vous portez attention ?

    Est-ce en lisant le nombre de partages / commentaires sous un post ? Est-ce en faisant confiance à un ami ? Est-ce par habitude, en lisant votre média favori, en allant au travail ?
     
  • Comment gérez-vous vos projets personnels ?

    Est-ce que vous inscrivez tout sur une liste de tâches et vous prenez ce qui vous paraît le plus urgent ? Est-ce que vous passez beaucoup de temps à créer un plan d'action ultra-détaillé qui nécessite des plombes à être tenu à jour ?
     
  • Comment traitez-vous vos e-mails ?

    Est-ce que votre boite de réception a remplacé votre fond d'écran ? Est-ce que chaque e-mail vous fait tout lâcher ? Est-ce que vous ouvrez 3 fois (au moins) chaque e-mail pour être sûr d'avoir bien lu ? Ou êtes-vous de ceux qui veulent ne plus avoir un seul e-mail dans leur messagerie à la fin de la journée ? 
     
  • Comment gardez-vous une trace du contenu que vous consultez ?

    Est-ce que vous soulignez les passages importants dans les livres et les liseuses en espérant qu'ils s'inscrivent au stylo indélébile dans votre mémoire? Est-ce que vous prenez des résumés des vidéos que vous regardez ? Comment faites-vous pour passer en revue ces résumés ?
     
  • Comment capturez-vous vos meilleures idées ?

    Des idées qui surgissent évidemment quand vous êtes détendu... pour pouvoir les utiliser quand vous êtes stressé (et que vous avez besoin d'avoir de bonnes idées) ? Avez-vous une montre connectée qui vous (pour)suit partout ? Un calepin et un stylo sur vous ? Un smartphone avec une application ?
     
  • Comment classez-vous votre paperasse ? Vos documents ?

    Est-ce que vos factures sont réparties dans des classeurs, vos e-mails (en pièce jointe), une application de paiement en ligne... et votre bureau ?
     

Vos réponses à ces questions constituent une partie du système que vous utilisez pour gérer votre information.

Comment en finir avec l'infobésité ?

Voici trois techniques :

#1. La question essentielle anti-infobésité 

Vous ne pouvez pas, physiquement, consulter toute l'information qui est créée minute après minute.

Gérer 100 e-mails par jour, c'est possible.
 Gérer 10'000 e-mails par jour ? C'est difficile, même avec les meilleures automatisations.

Lire un article par jour ? Possible.
Lire 100 articles par jour ? Il va falloir se lever tôt, même pour le pape de la lecture rapide.

Ainsi la question essentielle à se poser avant de consulter des news, un fil d'actualité ou un livre est la suivante : 

“Que voulez-vous accomplir avec l’information que vous consultez?” 

C'est une question clé pour garder les idées claires dans un monde d'infobésité. 

Puisque face à l’infobésité extrinsèque, le premier goulot d'étranglement, c'est avant tout vous : vos ressources cognitives, votre énergie, votre temps à disposition.

Saviez-vous que nous sommes capables d'assister consciemment à environ 0,0004% des informations qui bombardent notre cerveau ? Ce chiffre a été trouvé par le psychologue Timothy Wilson.

Ainsi, vous êtes déjà en train de sélectionner de l'information (et donc de passer à côté de la majorité de l'information disponible). Face à ce constat, il est décisif de savoir à quoi porter le peu d'attention qu’il vous reste.

Ainsi, le simple fait de réfléchir à ce que vous souhaitez accomplir en consultant une information, vous aide à mieux sélectionner l'information que vous consommez et facilite la gestion globale de votre flux d'information.

  • Pourquoi lisez-vous le journal quotidien ?
  • Pourquoi consultez-vous votre fil d'actualité 20 fois par jour ?
  • Pourquoi Youtube ? 
  • Pourquoi regardez-vous la TV en soirée ?
  • À quoi est-ce que cela va vous servir ? 
  • Pourquoi consulter 20 comparatifs de prix ? 
  • Est-ce que le meilleur choix existe vraiment ? 
  • Quelle incertitude souhaitez-vous réduire ?
     

#2. Capturer continuellement les boucles ouvertes dans un cerveau numérique

Se vider l'esprit

Votre cerveau fonctionne comme un ordinateur. Je vulgarise, c'est certain, mais c'est pour vous donner une image facile à comprendre.

Chaque nouvelle information équivaut à un logiciel que vous ouvrez dans votre ordinateur. Toutes ces informations vont faire ralentir votre cerveau.

Si vous ouvrez plusieurs logiciels en même temps sur votre ordinateur, les ressources disponibles diminuent.

En continuant à ouvrir de nouveaux onglets, de nouveaux logiciels, vous aurez petit à petit un décalage entre votre curseur et les actions déclenchées.

En simple, votre ordinateur RAME.

Votre cerveau fonctionne de la même manière. Si vous tentez de garder des informations à l'esprit, sans les capturer dans un support externe fiable, alors votre cerveau continuera à vous bombarder d'information pour être sûr que vous ne les oubliez pas.

Il n’existe pas une seule cause à un esprit agité, mais une raison importante est que celui-ci à la mission (impossible) de ne rien oublier. C’est comme si vous étiez de retour sur les bancs d’école : ne rien oublier pour réussir à passer l’examen.

Ce que c’est stressant.
Épuisant.
Et inutile.

En capturant continuellement les idées, tâches et informations importantes. vous libérez votre esprit de cette tâche perpétuelle. Vous lui offrez la possibilité de penser avec clarté.

Plutôt que de repasser en boucle tout ce que vous ne devez pas oublier… vous pouvez canaliser ces ressources cognitives sur d’autres activités.

J'ai développé une méthode complète pour gérer votre information dans Votre Cerveau Numérique.

# 3. Traitez vos informations

L'information pour avoir de la valeur doit être travaillée.

Et cela à un coût. 

L'exemple du bitcoin est parlant: vous savez que le bitcoin va prendre de la valeur, il faut encore créer un compte et acheter vos bitcoins. 

Des actions doivent être prises pour transformer de l'information en action ou en connaissances.

Pour traiter vos informations, je vous recommande quotidiennement les exercices suivants:

3.1. Le matin, videz votre esprit en ne faisant rien durant 10 minutes. 

Rien d'autre que de capturer rapidement les choses à faire qui parasite votre esprit au fil des heures.

3.2. Au fil des heures, vous capturez l'information

Quand vous travaillez, vous serez dérangé par une information qui peut parfois être de très bonne qualité. Capturez l'information et continuez à travailler.
Vous reviendrez plus tard sur cette information... 

3.3. Le soir avant de vous déconnecter, vous traitez vos informations de la journée.

Prenez un moment pour traiter les informations que vous avez capturées au fil des heures. Cette information pourra rejoindre un projet, par exemple sous forme de tâche à réaliser. Ou une liste de choses à faire un jour.

Si le sujet vous intéresse, je vous explique comment traiter l'information ici.

Prêt à gérer l'excès de l'information?

"Les gens collectionnent les remèdes, mais ne les avalent pas" - Stafford Beer.

Quand vous rencontrez un problème, il est facile de se dire "OK, je vais continuer ma recherche d'information".

Et finalement, chercher à comprendre parfaitement un problème est souvent la forme la plus subtile de résistance. Vous avez bonne conscience, mais votre problème ne se résout pas.

Comment faire?

Si vous souhaitez continuer à chercher de l'information sur l'infobésité, inscrivez une date dans votre agenda à votre recherche. Une fois cette date atteinte, agissez en gardant mon moto à l'esprit: d'abord faire fonctionner, puis améliorer.

Julien

En finir avec l'infobésité

Le nouveau livre pratique pour organiser votre vie numérique et retrouver votre disponibilité mentale est désormais disponible.

chapitres infobésité livre

Sources


  • Infobésité - Caroline Sauvajol-Rialland
  • La théorie du millefeuille et l'usage des tic dans les entreprises - Michel Kalika, Nabila Boukef Charki, Henri Isaac
  • En finir avec l'infobésité - Julien Gueniat
5/5 - (19 votes)

Faites comme + de 15'000 personnes ambitieuses: recevez mes conseils testés (et mis à jour) directement dans votre boite e-mail.

Inscrivez votre mail ci-dessous. Vous pouvez vous déinscrire depuis chaque mail.
Vos infos restent confidentielles.

>
75 Partages
Enregistrer
Telegram
WhatsApp
Partagez
Tweetez