1

Minimalisme Digital: 30 jours pour se concentrer sur l’essentiel et produire (beaucoup plus)

  • Êtes-vous infobèse au point de vous disperser?
  • Avez-vous des difficultés à vous concentrer lorsqu'il faut travailler?
  • Avez-vous peur de louper une information importante…?
  • Éprouvez-vous de la culpabilité de ne pas être disponible pour votre équipe, vos clients et les gens qui comptent pour vous?
  • En avez-vous marre de commencer votre journée par contempler la vie des autres?

Ça tombe bien. Je commence un challenge 30 jours sur le minimalisme digital. Et les deux dispositifs que je vais mettre en place risquent de vous aider (dès ce soir).


Et avant de vous expliquer en quoi consiste mon challenge « Minimalisme Digital » (ainsi que les raisons qui m'ont poussé à suivre ce challenge) laissez-moi vous exposer la situation suivante:


Le problème aujourd'hui avec nos outils numériques, c'est qu’ils fragmentent notre concentration.


Le savoir n'est plus un problème. Ce qui pose problème, c'est de savoir sur quoi se concentrer suffisamment longtemps. C'est à mes yeux le vrai défi pour tout web-entrepreneur. Pourquoi?


Parce qu'un entrepreneur se tient informé des évolutions de son marché (ses concurrents), des solutions qui se créent et des problèmes (et donc des opportunités) qui émergent.

 

Pour faire simple, il réfléchit souvent à l'offre et la demande. Mais cette partie est une étape qui fait partie d'un processus plus grand: la création de valeurs. Après avoir réfléchi... il faut définir un plan d'action et ensuite... exécuter de manière méthodologique. À quoi bon commencer si c'est pour s'arrêter en route? 


C'est cette partie (l'exécution) que je souhaite améliorer en suivant un challenge contraignant. Après un minimalisme « matérialiste » c’est vers un minimalisme digital que je souhaite tendre afin d'augmenter mes performances. Je souhaite passer plus de temps (beaucoup plus) à créer plutôt que de consommer.


Et vous vous dites peut-être "Mais Julien... tu bosses sur un blog. Ton business est sur internet... comment vas-tu faire?".


Bonne question. Je ne me suis jamais dit "est-ce possible?", mais je me suis demandé "comment vais-je faire pour réduire mon addiction à la technologie et surtout... me concentrer plus longtemps?"

Cette question, je ne suis pas le premier à me la poser. Beaucoup d'auteurs (Cal Newport, Adam Alter, Daniel Goleman) se sont penchés sur le sujet, de plus, les grands médias ont commencé à relayer les dangers des applications.

Car comme dans tous domaines, il y a les "early adopter" puis le "tipping point"... et ensuite la masse qui suit.


Même Apple s'est mis à développer une fonctionnalité dans IOS 12 permettant de gérer son temps d’écran (plus pour apaiser la conscience des foules qu’autre chose…)

Temps d'écran IOS


Et vu que les gens commencent à comprendre les dangers de la technologie, ceux-ci mettent en place des solutions.

Où devrais-je dire, de fausses solutions? Pourquoi fausses? Parce qu'elles ne sont plus suffisantes.

Voici les 4 fausses solutions populaires:

Ces fausses solutions ne sont pas mauvaises en soi mais elles ne sont plus suffisantes. Les outils numériques d'aujourd'hui sont bien plus addictifs qu'à l'époque du nokia 3210.

#1 Désinstaller les applications sur lesquelles on passe le plus de temps: 


Facebook, Instagram, Tinder (Oh mon dieu... Julien est sur Tinder?!), Gmail, Youtube. Pourquoi c'est une fausse solution?

Parce que cette "solution" repose sur la volonté de l'utilisateur. Et la volonté est limitée comme le montre Roy Baumeister dans son livre Willpower.


Imaginez… vous êtes à l’arrêt de métro:


Il est tard. Vous n’avez pas de livre sur vous.

Vous devez attendre 20 minutes…  et tout d’un coup vous vous ennuyez. Sensation étrange. N’est-ce pas? Il est si facile dans ce genre de moment de réinstaller une application. Et croyez-moi, vous trouverez de bonnes excuses pour le faire. L’humain excelle dans la justification.

#2 Désactiver les notifications. 


Pourquoi est-ce une fausse solution? Parce que c'est un bon début, mais qui n'est plus suffisant. La récompense variable intermittente pousse l'utilisateur à vérifier s'il n'a pas reçu un message. Des études montrent que les notifications fonctionnent comme une drogue sur notre cerveau.

En absence de notifications... l'utilisateur va continuer à saisir son smartphone "juste pour voir" si quelque chose n'est pas arrivé durant le moment où il a laissé tranquille son smartphone. Je parle de smartphone, mais l'effet est le même sur une tablette, un ordinateur, etc.


#3 Dédier une pièce pour se concentrer. 


Ça peut fonctionner quand on a une pièce. Mais on devient rapidement dépendant de sa pièce. De mon côté, vu que je voyage beaucoup et que je me retrouve souvent sur un bateau, au bord d'une piscine ou simplement à la terrasse d’un café, je n'ai pas toujours la possibilité de m'isoler dans une pièce.

En revanche ce concept d’isolation (que je trouve intéressant) je vais l’utiliser sur mes outils numériques. J’y reviendrai plus tard, plus en détail.


#4 Le mode avion. 


C'est facile à activer non? C'est tout aussi facile à désactiver.

Avant de vous parler de la solution (non conventionnelle) que je m'apprête à expérimenter (pour la première fois) sur 30 jours, je vous propose un bref résumé des dangers de la technologie sur notre cerveau en vous invitant à répondre à la question suivante: 


Quel est le prix à payer de continuer à utiliser la technologie comme vous le faites aujourd’hui?

J'ai fait quelques recherches pour vous aider :

  1. On dort moins, notamment à cause de la lumière bleue. Moins de sommeil, moins de performance.

    D’ailleurs le CEO de Netflix affirme que son concurrent n°1 est… le sommeil.

  2. Un smartphone à portée de main, notre temps de concentration est inférieur à celui d’un poisson rouge.

  3. Augmentation du stress, de l’anxiété et de la dépression. Surtout chez les jeunes.


Bon je m’arrête ici.


Est-ce que je préconise de simplement revenir à un téléphone à touche et reprendre une machine à écrire? 


Mon dieu non. Et je vous déconseille de quitter les réseaux sociaux (comme le recommande Cal Newport). Pourquoi? Simplement parce que les réseaux sociaux représentent des opportunités intéressantes, surtout si vous êtes un web-entrepreneur comme moi.

Plus simplement, les réseaux sociaux vous permettent de rester informé de ce que les personnes de votre choix (je souligne de votre choix) font dans leur vie. Alors... que faire?


Un challenge de 30 jours basé sur 2 dispositifs contraignants


Ma recommandation (et le challenge que je vais suivre) se base sur deux dispositifs contraignants. Je vous fais confiance pour adapter mes pratiques à votre environnement. Soyez critique et créatif par rapport à mes propos. 

Passons les deux dispositifs en revue:


Premier dispositif: Réduire la taille du flux d’information (en travaillant sur la durée d’exposition)

Le premier dispositif est simple: durant 30 jours je peux me connecter à internet 1 heure par jour. Facile pour certains, difficile pour d'autres.

Je vais être honnête avec vous: je n'ai pas trop réfléchi à la question vu qu'il ne s'agit que de 30 jours. Mais en écrivant ces lignes, je réalise que je vais devoir déplacer les 3 Skype que je prévois d’avoir mardi prochain… 

Pourquoi cela marche?


Premièrement parce que c’est facile. Si je me donne 7 heures par semaine, je devrais chaque matin me demander « De combien de temps ai-je besoin cette semaine? ». Et cette réflexion est gourmande en énergie. 


Deuxièmement, parce que l'offre est moindre que la demande. 

  • L'offre = 1 heure d'internet. 
  • La demande = mes 5 heures d’internet (actuel).

Tel un pays qui entre en guerre et qui doit rationner la bouffe disponible dans les magasins... je vais devoir rationner les activités qui nécessitent internet. Mon pari?? Je pense que Facebook, Instagram et les emails vont passer à la trappe. 

En gros, certaines activités vont simplement disparaître et d’autres seront exécutées d’une manière bien plus délibérée.

Maintenant que j'ai défini une règle d’utilisation SIMPLE, qu'est-ce qui va m'empêcher de succomber à la tentation?

C'est là que le deuxième dispositif intervient afin de réduire mes comportements impulsifs que je pourrais avoir durant les 30 prochains jours… du genre « Rah et merde, quel challenge à la con!  Je vais juste prendre 2 heures aujourd’hui ».


Deuxième dispositif: la "pièce dédiée" appliquée à mes outils numériques.


Pour bien comprendre l’utilité de ce dispositif, parlons un peu de la volonté.

À force de me lire, vous devez le savoir, la volonté c'est important, mais c'est un bonus. Pourquoi? Parce que la volonté varie fortement d'un moment à un autre. La tendance est la suivante: au début de la journée, celle-ci est plus haute qu'en fin de journée (si vous vous êtes levé le matin).

C'est une généralité. Car en réalité... la volonté fluctue constamment. Et plus vous restez proche d'une tentation, plus celle-ci risque de saccager vos efforts lorsque votre volonté chutera en dessous du niveau nécessaire pour résister à la tentation.

Volonté limitée




Un exemple? Imaginez vouloir arrêter de manger du chocolat. 


Maintenant je vous mets un mars dans votre sac, dans votre voiture et sur votre bureau de travail. Il y a de fortes chances que tôt ou tard vous craquiez.

Mars et concentration

Imaginez vouloir réduire internet en ayant votre smartphone dans la poche de votre jeans… vous pouvez peut-être tenir une heure, deux heures… et ensuite?

La bonne nouvelle? Cela fonctionne également dans l'autre sens: si vous voulez lire plus souvent, le simple fait de prendre un livre avec vous va augmenter les probabilités que durant un temps mort, vous saisissiez votre livre pour en lire une ligne… puis un paragraphe. Et ainsi de suite.


Ainsi pour que ce deuxième dispositif fonctionne, je vais devoir augmenter la distance entre « je veux me connecter à internet » et « je me connecte à internet » (et… « merde… je me suis connecté à internet »). 


Ainsi, je vais préparer mon environnement numérique. Mais avant de préparer celui-ci...je vous recommande d’attendre. Je sais, c'est inattendu dans le déroulement de cet article, mais c'est important. Pourquoi? 


Ce qui ne se mesure pas ne se gère pas. 


Si vous mettez en place de nouvelles pratiques sans connaître l’état de vos pratiques actuelles, vous ne pourrez pas savoir si le changement a été efficace.

Ainsi je vous recommande d'utiliser l'application Realizd (au minimum une semaine) et de définir vos indicateurs de performance. Pour ma part, mes indicateurs de performances sont simples: 

  • mon humeur au matin sur une échelle de 1 à 10.
  • Le nombre d'articles que j'écris par semaine.
  • Le nombre de produits que je sors par mois.
  • Mon taux de conversion.

Choisissez vos propres indicateurs (le nombre de mots que vous écrivez, le nombre de produits que vous lancez, le nombre de prospects que vous contactez)... bref... choisissez vos indicateurs et assurez-vous que ceux-ci soient dans votre zone d'influence.

J'utilise Nomie 3 pour créer et mesurer mes indicateurs de performances.

Nomie 3 indicateur de performance


Puis revenez à cet article dans une semaine ou deux. Si vous avez peur d'oublier... inscrivez-vous à la newsletter (cliquez ici) pour être informé de l'évolution de mon challenge (et ainsi, penser à revenir ici). 


La mise en place du deuxième dispositif (la magie opère ici)


Ça y est? 

  • Vous connaissez vos performances actuelles?
  • Vous savez combien de temps vous passez sur votre smartphone?
  • Vous savez ce que vous produisez chaque semaine...?

Alors, installons le deuxième dispositif:

1. Installez Onepassword.

Il s'agit d'un logiciel pour renforcer la sécurité de vos différents comptes et qui vous permet d'alléger le travail de votre mémoire. C'est payant... et si vous ne voulez pas payer le prix d'un café par mois pour ce logiciel... alors... alors.... essayez Keepass. Mais c'est moins bien. Lastpass doit aussi faire le job.

2. Changez vos mots de passe.


Pour ma part, j'ai changé les mots de passe pour: Facebook, Instagram, Linkedin, Gmail (Diable... est-ce qu'il a oublié Tinder?!)

En veillant à générer automatiquement des mots de passe impossible à retenir. Du genre £¨àéEf34#*22!sa)(0?dds.

3. (Important) Déconnectez vos connexions enregistrées. 


Mais bon... vous allez me dire "c'est bien sympa Julien... mais j'ai envie de pouvoir me connecter quand j'ai envie de lire mes what's app et mes emails". J'y viens un peu plus loin.


4. À présent, recensez les outils numériques qui vous permettent de travailler de manière concentrée et ceux pour travailler en mode détendu... 


Mac ipad iphone

De mon côté j'ai:

  • 1 Mac (boulot),
  • 1 iPad,
  • et 1 iPhone. 

L'idée est de migrer toutes les applications addictives sur le support le moins pratique à utiliser

Pour ma part il s'agit de l'iPad. Car mon smartphone me permet de capturer des idées (via workflowy), de gérer ma banque en ligne, de me déplacer (google map) d'écouter de la musique et d'enregistrer des podcasts / images.

Et avant de commencer mon challenge... c'est sur l'iPhone que j'avais toutes mes applications addictives (qui me faisait passer bien trop de temps à contempler la vie des autres plutôt que de bosser). Image Realizd.

Addiction au téléphone


4. Migrez les applications addictives sur l'outil de votre choix. 


De mon côté: iPhone -> iPad.

Souvenez-vous, l'outil qui hébergera les applications addictives doit être peu pratique. Si vous n'avez pas de tablette… Demandez un ami de vous prêter une tablette (le temps d’essayer) ou installer les applications sur votre ordinateur fixe (qui reste à la maison). Si vous n'avez ni tablette ni ordinateur, je parle d'une méthode simplifiée un peu plus bas. Vous pouvez aussi avoir deux smartphones. 

7. Une fois que vous avez migré les applications

Supprimez les applications de vos autres appareils. Pour mon challenge, j'ai migré Facebook, Gmail, Instagram, Messenger -> iPad. J'ai gardé...

What's app.


Comment adapter mon challenge à votre environnement de travail?


Je l’admets, vous n’êtes peut-être pas à Bali, en train d’écrire en regardant une piscine.

Notez l'utilisation de workflowy pour la rédaction de mon article

Peut-être que dans votre situation:

  • vous devez être souvent joignable,
  • vous avez vos équipes à gérer,
  • vous avez des clients qui doivent pouvoir vous contacter, etc. 

Dans ce cas vous allez adapter l'exercice en pensant aux deux éléments suivants:


1. Le temps que vous passez connecté à internet. 


Plus que la durée, l'importance est d'avoir une limite et de choisir QUAND vous vous connectez à internet. Vous allez peut-être choisir deux heures le matin et deux heures l’après-midi. 


2. L'espace qui se trouve entre vous et l'application l’outil addictif / l’application addictive. 


Plus il y a de "crans" de sécurité entre vos désirs et l'exécution de vos désirs, et plus vous offrez des opportunités à votre volonté de reprendre le contrôle.

Voici une version moins extrême (et simplifiée) de mon challenge:


  1. Installez Onepasseword sur vos appareils
  2. Changez vos mots de passe
  3. Supprimez les applications de votre smartphone.
  4. Oubliez les connexions enregistrées


Ainsi, si vous avez envie de vous connecter, vous aurez deux crans de sécurité:

  1. Télécharger l’application
  2. Vous connecter à onepassword pour récupérer le mot de passe.

La fin de l'article et le début du challenge.


Nous y sommes. J'espère que vous comprenez ma conception du minimalisme digital (en attendant la parution du livre de Cal Newport).

En ce moment je passe 1 heure (en moyenne) sur mon smartphone et je produis environ 2 articles par semaine. Mon humeur est en moyenne de 6 sur 10. On va voir comment évoluent les indicateurs de performance et mon humeur…

Plus important que les modifications de mes indicateurs, je me réjouis de voir la personne que je vais devenir durant ce challenge. 

  • Et vous... souhaitez vous tendre vers le minimalisme digital
  • Souhaitez-vous que la technologie vous pose un problème?
  • Si oui lequel?
  • Et comment le résoudre?


Julien

Pour me suivre dans mon challenge (et être informé des prochains challenges) inscrivez-vous maintenant à ma newsletter ou rejoignez le groupe privée "les Organisologues".

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
1 Partages
Partagez1
Tweetez
Partagez