Autodiscipline : tenir une habitude de révision tous les jours

Autodiscipline

Étudiant: 

  • toi qui galères à réviser régulièrement,
  • toi qui manques de motivation, 

Cet article est fait pour toi.

Tu découvriras des techniques concrètes pour te motiver à bosser et te forcer à persévérer en prévision des examens. C’est parti !

Le plus dur : réussir à tenir une habitude

Parfois trouver la motivation pour les cours, c'est dur.

Les cours ne devraient pas être si peu motivants... On est d'accord.
Et les profs ne devraient pas être aussi chiants. Toujours d'accord.

Mais le truc c'est que tu t'es engagé dans tes études et à moins d'arrêter tout, il va falloir trouver une solution.

Plus dur encore pour se motiver, c'est quand les examens ou la deadline pour rendre ton projet est loin. Trop loin pour te faire bouger.

On a tendance à procrastiner dans ces cas-là.

Moi le premier.

Évidemment il vaudrait mieux s'y prendre à l'avance pour éviter pas mal de stress. Mais avoir l'autodiscipline pour bosser tous les jours, pour tenir l'habitude, c'est compliqué.

  • Comment réussir à réviser tous les jours ou plusieurs fois par semaine ?
  • Comment rester motivé ?
  • Comment se forcer quand tu n'as pas du tout envie ?
  • Comment tenir cette habitude sur plusieurs mois ? 

On pourrait nous apprendre ça à l’école non ?

Avant de nous expliquer comment résoudre x² - x - 1 = 0Pfff (soupir)

Si tu aurais préféré avoir une réponse à ces questions avant de résoudre des équations, continue ta lecture...

Les techniques que je donne s'appliquent à n'importe quelle habitude et n'importe quel objectif. Que ce soit réviser, réussir tes examens, ou tout autre chose.

  • Peut-être que tu veux installer l'habitude de bosser tes cours un peu tous les jours.
  • Peut-être que tu préfères le faire quelques sessions par semaine... Teste et choisis ce qui te convient le mieux.

La question que je traite ici c'est : comment rester régulier ?

Comme le dit Julien :

Même un manchot avec 50 de QI exploserait ses résultats avec la formule suivante: TEMPS + ÉNERGIE + ACTION RÉPÉTÉE = RÉSULTATS

Et on va voir comment concrétiser cette formule…

Aujourd’hui, tu te dis peut-être que ton problème c'est un manque d'autodiscipline, de volonté. Que tu manques de motivation. Je parle de ça dans la partie qui suit.

Pour qu'on se mette d'accord, considère que je mets en gros le même sens derrière les mots autodiscipline et volonté : c'est ta capacité à te forcer à agir, malgré les obstacles.

La motivation quant à elle, c'est ton envie d'agir.

Pour moi il y a 2 croyances limitantes liées à la volonté. Deux pièges dans lesquels je suis tombé, et que je te souhaite d'éviter. Les voici.

Les 2 mythes (populaires) de la volonté

les mythes de la volonté

1) Penser qu’on n’a pas de volonté

Désolé de te décevoir, mais tu as de la volonté 😉

C'est juste qu'elle n'est pas forcément là où tu la remarques.

Ni là où tu l'attends.

Tu t'es sûrement lancé des défis. Tu as fait des choses ouf dans ta vie. Des choses qui te tenaient à coeur.

Et bien, crois-le ou non, ces choses-là demandaient de la volonté et de la motivation.

Ça t'a peut-être pas paru dur sur le moment, parce que tu avais envie de le faire. Ou bien c'était dur, mais tu n'avais pas de mal à surmonter les obstacles parce que ça avait du sens pour toi.

J'ai un ami qui adore se lancer des défis.


Une fois, il s'est lancé un challenge vraiment ambitieux. 

Il a décidé de faire Grenoble -> Moscou en stop. 

Sérieux?!
Ouais ouais.

Je sais... quelle idée !

Ça lui a pris 5000 km en comptant les détours.
Si ça c'est pas de la motivation et de la volonté...

Source: Julian Chauvin

Source : Julian Chauvin (le pote en question)

Tu n'es peut-être pas aussi fou que mon pote, mais je sais que tu en as fait des choses.

Par exemple :

  • Tout donner pour une compétition : sportive, scolaire, artistique...
  • Vadrouiller vers l'inconnu, seul ou avec des amis.
  • T'investir dans une association, dans une cause qui te tient à coeur.
  • Adopter une bonne habitude (sport, alimentation, RespiRelax, etc) ou en arrêter une mauvaise.
  • Aborder cette fille ou ce mec qui te plaisait tant. 😉

Alors tu vois, même si là tu te sens abattu tout n'est pas perdu.

Penser que l'on a pas de volonté est le premier mythe... Voici le deuxième :

2) Trop compter sur sa volonté

C'est un problème récurrent chez moi.

J'ai envie de commencer trop de choses en même temps :

  • installer plein de bonnes habitudes,
  • voir mes amis,
  • écrire ces articles,
  • m'investir dans des assos,
  • suivre les cours, aussi.

Mais très vite je craque et j'échoue. Comme une baleine sur une plage de sable fin.

échouer comme une baleine

Tu l'auras compris, le 2ème piège avec la volonté, c'est l'inverse du premier. Penser que tu as plein de volonté, la surestimer et... échouer comme une baleine.

Julien m'a dit une fois quelque chose qui m'a beaucoup marqué :

“Tu peux tout faire, si tu acceptes de le faire une chose à la fois.”

Ça m'a remis les idées en place.

Si comme moi tu as tendance à empiler les activités et les objectifs, rappelle toi que tu peux tout faire, mais qu'il faut accepter de le faire une chose à la fois. Et si jamais tu te fixes quand même plusieurs objectifs, il faut accepter que tu iras moins vite sur chacun d'eux.

Imagine que ta volonté est une jauge d'énergie. 


Déjà elle est plus ou moins remplie selon ta motivation, et surtout elle se vide au cours de la journée, à force que tu l'utilises. Quand tu dors, elle se régénère.

Si comme moi tu surestimes ta volonté en comptant uniquement dessus, tu risques de vider ta jauge avant d'avoir accompli tout ce que tu voulais. 

À la fin d'une journée fatigante, ta jauge sera déjà vidée et il y a peu de chances que tu réussisses à te forcer à réviser.

Certains jours tu te réveilleras démotivé et là, bon courage pour te bouger : ta jauge sera déjà très peu remplie.

Qui a parlé de lendemain de soirée ?

Dring dring ! ... P**** de réveil.

La volonté et la motivation t'aideront à tenir un moment, jusqu'à ce que des imprévus trop urgents brisent ta bonne habitude. Pour garder ta dynamique, il te faut un système bien huilé.

Est-ce que tu préfères une Ferrari qui roule juste sur route goudronnée quand les conditions sont idéales, ou un 4x4 tout terrain qui roule quelques soient les imprévus ?

Maîtriser ta motivation pour atteindre tes objectifs…


Avant de passer à la suite, je vais juste faire une petite définition des différents types de motivation, les 4 cercles ci-dessus.

Il y a 2 paires de motivations opposées :

  • profonde / superficielle
  • intrinsèque / extrinsèque

1. La paire motivation profonde et motivation superficielle :

La motivation profonde c'est ce qui te fait vibrer, c'est LA vraie raison pour laquelle tu fais quelque chose.

Alors que la motivation superficielle c'est ton envie d'agir là maintenant. C'est ton énergie. Elle va et vient. Et souvent, elle vient avec la nouveauté.


2. Et la paire motivation intrinsèque et motivation extrinsèque :

La motivation intrinsèque c'est le plaisir que tu prends à faire une activité. Plus tu kiffes réviser, plus tu seras motivé pour le faire. Je t’encourage donc à rendre ton habitude la plus fun et agréable possible.

La motivation extrinsèque quant à elle c'est la carotte ou le bâton. C'est une récompense que tu cherches à obtenir ou une punition que tu cherches à éviter :

  • Si tu veux devenir chirurgien depuis tout petit et que c'est pour ça que tu t'es lancé dans des études de médecine, c'est ta carotte.
  • Et si tu travailles en cours pour ne pas rater ton année par peur que tes parents te coupent les vivres... c'est ton bâton.

1) Pourquoi tu as besoin d'un pourquoi

Tu n'aimes peut-être pas réviser (comme je te comprends) : il n'y a pas de motivation intrinsèque.

Tu as sûrement essayer de te motiver à bosser tous les jours... mais ta motivation n'était que momentanée et ça ne durait pas : la motivation superficielle seule ne dure jamais.

Alors soyons clair : tu as de la motivation, tu as de la volonté. On l'a vu plus haut. Mais elles sont dirigées vers des choses qui ont du sens pour toi. Avec suffisamment de sens, tu pourrais déplacer des montagnes.

Ce qu'il te manque, c'est de la motivation profonde et de la motivation extrinsèque :

Une carotte si appétissante que tu ne peux pas t'empêcher de courir après.

Il te faut du sens. Il te faut un pourquoi.

Pourquoi fais-tu ces études ? Qu'est-ce que tu cherches à obtenir ?

C'est essentiel que tu trouves une réponse à cette question.

Et c'est essentiel que cette réponse te fasse ressentir des émotions fortes et profondes.

Ta motivation profonde a tendance à nourrir ta motivation superficielle, et c'est comme ça que tu vas être motivé à agir. Ton pourquoi long-terme va alimenter ton envie court-terme.

Avec le temps, on a tendance à perdre de vue les raisons qui nous motivaient au départ.

C'est important de se les rappeler régulièrement pour ne pas se perdre en chemin en oubliant le sens derrière ses actions.

C'est donc très important que tu aies bien défini tes raisons dès le départ. À l'écrit, comme ça il te suffira de les relire.


Quand j'étais en prépa, je me suis dit que je ne voulais pas faire ingénieur. C'était pas le meilleur moment pour me dire ça, puisque je partais pour 2 années intensives, et 3 ans d'école d'ingénieur en plus.

Ce que je voulais vraiment, c'était faire blogueur.

Écrire des articles.

Aider les gens.

J'ai voulu arrêter la prépa, mais un ami m'en a dissuadé​.
 

Il m'a dit que mon diplôme d'ingénieur serait un filet de sécurité. À la fin de mes études je pourrais me lancer à fond dans ce qui me tenait à coeur, avec la sécurité de mon diplôme.

Un filet de sécurité... Ça peut paraître maigre comme raison quand tu as 4 ans et demi d'études assez intenses devant toi. Mais moi ça m'a parlé.

La preuve : moi qui d'habitude ne foutait pas grand chose en cours je me suis mis à bosser, vraiment. Et j'ai eu l'école que je voulais.


Pourquoi as-tu besoin d'un pourquoi ?

Parce qu'on ne tient aucune habitude sur le long terme sans raison suffisante.

D'autant plus si ce n'est pas une habitude qui te botte particulièrement, comme (peut-être) réviser.

Parce qu'au quotidien, te rappeler où tu voulais aller et pourquoi peut t'emmener loin, malgré la fatigue, malgré la flemme. C'est pas magique, mais c'est puissant.

Si tu veux savoir comment trouver ton Pourquoi, un guide sur le sujet est disponible ici.

C'était la 1ère étape pour se motiver.

Maintenant il nous faut quelque chose d'un peu plus fort…

2) Pourquoi tu as besoin de motivation extrinsèque (le bâton !)


La motivation tiendra un temps.

Ton pourquoi la prolongera un moment.

Mais qu'est-ce que tu feras quand tu seras au fond du trou ?

Quand tu es malade, fatigué, déprimé, c'est normal que la flemme ait raison de toi. Ça nous est tous arrivé bien trop souvent et on va pas s'en vouloir.

N'empêche que des fois il faut se forcer. Tu sais bien que si tu manques aujourd'hui par flemme, demain ça sera dur de reprendre, et après-demain... quasi inhumain.

Comment pourrais-tu bien te forcer ?

Avec un système.
Un cadre que tu te fixes et qui t'impose une pression extérieure que tu ne peux enlever tout seul.

Une motivation extrinsèque, un bâton.

Par exemple :

Je voulais publier 10 articles sur un blog précédent avant le 1er juillet 2018 à minuit.

Je tenais vraiment à atteindre cet objectif et je savais que si je ne rajoutais pas une petite pression, j'allais procrastiner à mort.

Alors j'ai dit à ma mère que si je ratais mon objectif je lui donnerais 100€. Par contre si je gagnais, je m'offrais une liseuse. 

Je sais ce que tu te dis "Pfffff sérieux?! Loïc tu dois en arriver là pour réussir à avancer?!"

Certains y arrivent sans ce genre de technique, j'en suis presque jaloux... mais perso, la procrastination, je connais. Et c'est la galère.

Si tu préfères, tu peux donner dès le début du fric à un pote et il te le rendra que si tu as bien bossé. (S'il te le rend pas alors que tu as réussi l'objectif fixé, change de pote 😉 )

Pour atteindre mon objectif, j'écrivais tous les jours au moins 30 minutes et je traçais une grande croix rouge dans un tableau affiché en évidence à chaque fois que je réalisais mon action quotidienne. On appelle ça la méthode de la chaîne.

la méthode de la chaîne

Je suivais ma progression de près et si je voyais que je devais accélérer mon rythme de publication pour être dans les temps, j'écrivais plusieurs heures par jour afin de rattraper mon retard.

Parce qu'on ne change pas un procrastinateur né, j'ai publié mon 10ème article le 1er juillet à 23h56. 4 minutes avant la deadline. Mais j'ai atteint mon objectif à temps, et depuis ça ma mère m'en veut 😉

Est-ce que tu connais les accountability partners ?

Tu choisis un ou une pote qui accepte de devenir ton accountability partner. C'est la personne à qui tu rendras des comptes sur le suivi de ton habitude.

Chaque fois que tu avais prévu de bosser, tu lui dis si tu as bossé ou non, comment ça s'est passé et si tu as été efficace. Le top bien sûr c'est si cette personne a des objectifs (similaires ou non) qu'elle veut atteindre. Dans ce cas vous pourrez vous rendre des comptes mutuellement.

Tu feras tout pour ne pas décevoir ton ou ta pote, c'est ça qui est beau.

Et surtout, tu peux combiner ces 2 systèmes pour être diablement efficace : agir pour ne pas perdre d'argent, et agir pour ne pas décevoir tes potes.

Alors, quelle est ton excuse pour glander maintenant ? :p

Tu en veux plus ?

En ayant une raison suffisamment forte pour t'investir dans tes études, tu t'assures déjà une bonne partie de ta motivation pour réviser régulièrement.

Ça t'aidera à tenir sur le long terme.

Mais on n'est jamais à l'abri d'imprévus, et c'est souvent ceux-là qui cassent nos bonnes résolutions.

Alors si tu bétonnes ta motivation avec le système adapté, tu t'imposeras une pression extérieure qui te forcera à continuer sur ta lancée. Perso je donne pas cher de la peau de tes examens. 😉

Si le sujet de la volonté t'intéresse, je te conseille le livre Willpower Instinct de Kelly McGonigal (L'instinct de volonté en français).

Mais c'est pas fini !

Il y a d'autres techniques qui peuvent t'aider à réussir tes études tout en profitant de la vie.

Clique ici pour être prévenu des prochains articles.

Tu recevras en cadeau 3 exercices pour hacker ta confiance en toi durant tes études.

Allez, à la prochaine !

- Loïc -

  • Mimi dit :

    Hello,

    j’ai aimé cet article, il est vraiment top. Je pense que tu pourrais également lier le pourquoi avec la notion de mindset (désolé en français, c’est « l’état d’esprit », et je trouve que ça donne mieux en anglais). Sinon très bon article, et si tu as le temps, je te conseille de lire « Ultralearning » de Scott Young, il est vraiment top 🙂

  • loicgarnier dit :

    Salut Mimi !
    Content que tu aies aimé l’article 😉
    Comment tu lierais le pourquoi et le mindset ? Ça m’intéresse !
    J’ai jeté un coup d’oeil au site de Scott Young, ça a l’air d’être du lourd.
    Je lis ça quand je trouve le temps, merci pour la recommandation !

  • >
    1 Partages
    Partagez1
    Tweetez
    Partagez