Comment se fixer des Objectifs (sans se prendre la tête)?


​Qui ne s’est jamais perdu dans la jungle des méthodes pour atteindre ses objectifs ?

​Une remarque revient souvent parmi mes nouveaux abonnés : ils ne savent pas par où commencer face à la multitude de méthodes disponibles.

Ça, c’est le cauchemar : des gens abandonnent, rien qu’en voyant les méthodes pour atteindre leurs objectifs. Il y a alors un défi : créer une méthode simple et rapide pour permettre à tous de commencer sereinement.

Comme ça, pas moyen de paniquer, pas moyen de procrastiner parce qu’on a décidé de planifier notre objectif à la seconde près pendant les 10 prochaines années.

Juste avant de commencer, je suis Lucien Roy, blogueur sur Riche de Temps où on apprend ensemble à gagner du temps simplement et durablement, en particulier pour atteindre nos objectifs !


Pour partir dans les « starting blocks » et éviter d’abandonner en 3 mois, on va voir une méthode minimaliste pour se fixer un objectif. 


​Elle n’est certainement pas aussi solide que d’autres méthodes plus complètes. Mais à quoi bon créer la méthode parfaite si elle fait fuir tout le monde ? C’est l’inverse de ce qu’on recherche !


Pour créer cette méthode, il ne fallait pas se contenter de reprendre ce qui existe déjà, supprimer des morceaux et vous le ressortir comme ça. De manière générale, quand on veut être minimaliste, il vaut mieux partir de 0 puis construire de manière optimisée.


Je suis donc revenu à la définition d’un objectif qui selon moi se compose de 3 éléments :


  1. Une vision (où on va)
  2. Un plan (comment on y va)
  3. Une date de fin et des checkpoints intermédiaires (quand est-ce qu’on arrive)

C’est de cette manière que l’article sera découpé. On va voir le minimum vital pour construire chaque élément d’un objectif. Tout sera orienté vers l’action pour vous permettre d’appliquer ces conseils à votre prochain objectif.


#1 Construire sa vision


Développer une vision

J’ai déjà abandonné des objectifs bien trop vite ! La première semaine tout allait bien. Et puis ma motivation s’est envolée juste après.

​À chaque fois que j’ai échoué aussi rapidement, c’est qu’il manquait quelque chose à mon objectif : une vraie raison de l’accomplir.

​Au final, on peut voir nos objectifs comme les pièces d’un puzzle qui est notre vie. Pour qu’elles se connectent bien avec les autres, il faut qu’elles soient en accord avec nos principes et nos grandes aspirations.

Pour cela, il faut commencer par définir vos grandes aspirations en vous posant la question : 

- Quelles sont les choses que je regretterai le plus de ne pas avoir fait le jour de ma mort ?

Je sais que c’est un peu glauque et que la question est difficile. Passez-y un peu de temps pour donner de la longévité à vos objectifs. Une fois que vous l’aurez trouvée, il sera assez facile de voir si l’objectif que vous aviez prévu contribue à cette vision ou pas.

Je vais vous donner un exemple rapide qui vous aidera peut-être. J’adore communiquer avec les autres. Dès que je trouve une idée qui marche, j’ai envie de la partager à tout le monde et de convertir tous les gens que je croise à cette nouvelle pratique que je trouve géniale.

Le problème, c’est que je ne suis pas entouré de personnes partageant le même enthousiasme que moi pour l’efficacité. Et faire changer quelqu’un qui ne le veut pas est proche de l’impossible.

Alors quoi de mieux que de créer un blog qui me permet de parler aux plus motivés par le gain de temps? De cette manière, je contribue à l’évolution de centaines de personnes, je m’en voudrais de ne pas le faire. 

Maintenant au boulot, à vous de réfléchir à vos plus grands regrets !


#2 Le plan


Rédiger un plan d'action

Ah, que c’est bon de connaître notre destination. Mais il reste encore à trouver comment y aller ! Parce que s’arrêter au stade de la vision revient à être un rêveur. Et les rêves sont utiles pour nous inspirer, mais ils ne nous font pas avancer ! Pour éviter de tomber dans la case « rêveur qui n’accomplit rien », voyons les 3 étapes minimales à suivre pour planifier votre objectif !


2.1. Aidez-vous d’une habitude


Les habitudes représentent sans aucun doute un des leviers les plus puissants pour atteindre nos objectifs. On parle souvent de la volonté comme le Saint Graal des objectifs, mais je n’y crois pas.

Notre volonté est comme un muscle qui s’épuise. Il est également possible de le muscler, mais pas infiniment. Alors, pourquoi porter l’ensemble de notre objectif à bout de bras alors qu’on a déjà inventé la roue (les habitudes).

Quand les habitudes sont bien formées, il devient plus difficile de ne pas les suivre que de s’y conformer ! Julien pourra surement le confirmer avec le sport (oui, les Kettlebells, c’est addictif ^^) !

Mais alors, comment changer ces habitudes ? Vaste question, mais réponse minimaliste comme promis dans cet article. Vous pouvez en apprendre plus à ce sujet sur le blog de Julien ou le mien.

Encore une fois, partons des étapes qui composent une habitude :
  1. Le déclencheur
  2. La routine
  3. La récompense

Le déclencheur est ce qui nous fait penser à notre habitude. Par exemple, le fait de rentrer chez moi me fait penser à du chocolat. La routine est-ce qu’on fait suite à ce déclencheur : manger du chocolat. Puis la récompense vient consolider l’habitude : j’aime le goût du chocolat.

Le plus facile pour mettre en place une nouvelle habitude est de se baser sur un déclencheur qui existe déjà dans votre vie.

C’est l’exemple de la routine du matin : le déclencheur est le fait de se lever. Trouvez ensuite une routine qui vous fera avancer vers votre objectif (ex : lire les meilleurs livres de ma thématique). 

Et surtout, très important, choisissez la récompense qui vous fait plaisir. C’est comme ça que se consolident les habitudes. Le mieux est bien sûr que la routine en elle-même vous fasse plaisir, mais ajoutez quand même une récompense, surtout au début pour aider l’habitude à se former. Ça peut être une petite pause, du chocolat (encore) ou autre.


2.2 Déterminez votre « mode minimum »


Quand on parle d’objectif, on arrive rapidement à la phrase terrible : « oui, mais je n’ai pas le temps ». C’est pour ça qu’il faut définir votre « mode minimum », c’est comme le mode économie d’énergie de votre téléphone, il vous permet de garantir votre progression pendant plus longtemps.

Ce « mode minimum » doit répondre à la question : « que ferais-je pour avancer vers mon objectif si je ne devais y consacrer qu’une heure par semaine (ou deux maximum) ? ». C’est ce que vous devez absolument faire.

Et si vous n’avez même pas une heure libre par semaine, je vous recommande de continuer à lire le blog de Julien, vous allez vite trouver !

Dans mon objectif de blog, le « mode minimum » est d’écrire un article et publier une vidéo par semaine. Ça me prend un peu plus de deux heures et c’est la partie de mon objectif que je ne sacrifie pour rien au monde dans une semaine. Si ça, c’est fait, ça veut dire que j’avance au moins un petit peu.


2.3 Ne pas négliger les petits pas


Je ne pourrais pas avancer dans mes objectifs sans découper mes actions en petites étapes. Si vous ne devez appliquer qu’une seule chose de cet article, c’est la méthode des petits pas.

Elle permet de se fixer des échéances intermédiaires, bien utiles pour rendre notre grand objectif plus concret. Si vous voulez devenir président de la République d’ici 20 ans, comment savoir « que faire maintenant » sans découper votre objectif en étapes ? On se retrouve perdu comme une barque à la dérive et on n’a aucune chance de finir là ou notre vision souhaitait nous amener.

Pour ma part, j’aime me fixer des objectifs chaque semaine puis encore les découper pour tous les jours.


#3 Les dates de fin


inscrire une deadline

Je dis bien « les dates » et pas « la date » pour montrer l’importance des étapes intermédiaires. Toujours avoir un petit objectif en cours qu’on doit finir rapidement est pour moi la clé de l’action quotidienne.

En plus, dès qu’on a atteint un de ces petits objectifs, on peut faire le point sur notre avancement global ce qui nous permet d’être réaliste. Et à propos de réalisme, il me semble essentiel que votre date de fin soit flexible.

Si vous avez prévu un marathon dans 3 mois et que vous vous cassez la jambe deux jours après, il est absurde de conserver cette date !

L’exemple est bien sûr exagéré pour pointer l’absurdité de la situation, mais pensez-y quand vous voyez que votre échéance semble déconnectée de la réalité.


​Et vous, quel est le minimum requis pour vous fixer un objectif?

Lucien Roy

​Note de Julien: retrouvez Lucien sur son blog et découvrez d'autres articles pour améliorer votre efficacité au quotidien.


Comment se fixer des Objectifs (sans se prendre la tête)?
5 (100%) 2 vote[s]
Click Here to Leave a Comment Below 0 comments