Indicateur SMART

Les indicateurs SMART pour rester sur la bonne voie (et mesurer vos performances)


Vous avez créé le plan d’action et vous en savez plus sur la définition des objectifs.

Apprenez dans les lignes qui suivent l’importance d’avoir des indicateurs SMART et surtout, comment les créer. Vous pourrez également télécharger une check-list afin d'emporter avec vous les principaux points.

Avant toute chose:

Vous avez deux types d’indicateurs SMART:


1. L’indicateur d’alerte qui vous informera quand il sera dangereux de continuer.
Exemple: la jauge à essence de votre voiture. Le thermomètre de votre moteur.  Ou le pilote de jet qui doit s’éjecter, car un missile ennemi est verrouillé sur son jet. 


Plus humainement, cela peut être la qualité de votre sommeil. Par exemple, un projet peut très bien se dérouler, mais vous êtes en train de le payer, car vous faites des insomnies. Vous êtes obligé de prendre de l’adderall ou de la ritaline pour tenir (la journée) et des somnifères pour vous endormir (le soir). Ceci, Mesdames, Messieurs, c’est un indicateur d’alerte.


2. L’indicateur de performance qui vous indique si vous êtes en train de gagner ou perdre. Il peut s’agir de votre compteur de vitesse (qui vous informe si vous arriverez probablement à temps).


Il s’agit du tableau des scores qui se trouve aux abords d’un terrain de basketball: l’objectif est de gagner, le tableau des scores indique à chacun des joueurs s’il doit continuer ainsi ou s’il doit changer quelque chose. L’indicateur de performance permet de répondre à la question suivante: est-ce qu’en continuant ainsi, mon objectif sera atteint dans les temps et avec les ressources fixées?


Je prends toujours l’exemple de mon livre, mais c’est aussi parce que c’est sur cet objectif que j’ai développé un système objectif / indicateur précis que j’ai suivi (pour la première fois) précisément plusieurs mois.


  • Objectif: écrire 25 chapitres d’ici la date XX.

  • Sous-objectif: écrire un chapitre par semaine.

  • Indicateur cible: 30 minutes d’écriture / jour.

Après 1 mois je me suis rendu compte que 30 minutes n’étaient pas suffisantes. Je devais donc changer quelque chose: augmenter le temps passé à écrire / travailler à un autre moment de la journée / travailler en mode avion / écrire mes articles selon une check-list préétablie.


Je n’avais pas la réponse à mon problème, mais je savais que si je continuais ainsi, la situation n’allait pas s’améliorer et que mon objectif était en péril. Je savais donc que je devais changer, et je savais ceci bien avant la deadline. Ce qui me laissait de la marge de manoeuvre.


Bref… vous l’avez compris, certains indicateurs peuvent vraiment vous aider à (encore) augmenter vos chances d’atteindre vos objectifs SMART.


Attention à ne pas confondre les indicateurs avec des sous-objectifs ou paliers.


Un palier est une étape de votre objectif N°1. Par exemple si vous souhaitez lire 10 livres en 10 mois, un palier pourrait être de lire 1 livre par mois, ou 1/4 de livre par semaine ou XX pages par jour.


L’indicateur serait alors par exemple: le temps quotidien passé à lire le livre de manière concentrée.


En mesurant cette information (et en la compilant) très rapidement vous êtes en mesure de savoir si la durée de vos actions est suffisante.


Mais ce n’est pas tout, il est aussi intéressant dans certains cas de définir un indicateur cible. 


Avant d’en parler plus en détail, le problème fréquent des gens qui définissent des objectifs est le suivant: ils sont tellement contents d’avoir mis des efforts dans la définition d’un objectif qu’ils en oublient les indicateurs.


Question: est-ce que vous accepteriez de vous rendre à une coordonnée GPS si la voiture n’a pas de voyant lumineux pour vous indiquer quand faire le plein? Est-ce que vous seriez capable d’arriver à l’heure, sans vous faire flasher, si vous ne pouviez pas connaître votre vitesse?


Votre objectif est certes correctement défini, les sous-objectifs également, mais croyez-moi: la route sera pénible et longue.


Les 3 fausses solutions que j’aperçois régulièrement:

... dans le cadre professionnel et auprès de mes lecteurs sont les suivantes: 


1) Minimiser l’importance des indicateurs


Nous avons tous un biais de l’optimisme qui nous pousse à royalement nous planter lorsqu’il s’agit de planifier des tâches (et surtout leurs durées). Mais ce biais concerne une multitude d’autres aspects:

- penser que l’on ne tombera pas malade,
- penser que l’on n’aura pas besoin des autres,
- penser que l’on aura toujours du travail et qu’on n’a pas besoin de se former,
- penser que notre conjoint ne pourra jamais nous quitter…


Définir et mesurer des indicateurs vous permet de réduire l’importance de ce biais en le confrontant avec du DATA. Des données. Des chiffres. 


De plus, sans indicateurs SMART, vous aurez de la peine à savoir ce qui vous a permis d’être efficace ou inefficace afin de faire mieux la prochaine fois.


2) Choisir des indicateurs préconçus


Parce que définir un indicateur prend du temps, il est facile de chercher sur internet des listes d’indicateurs types en fonction de votre activité. Le problème avec cette pratique, c’est que l’indicateur n’est pas adapté à votre contexte, à vos objectifs et à vos besoins. 


Si je reprends l’exemple de la voiture, vous n’avez pas besoin d’avoir le témoin de la jauge à essence si vous transportez avec vous des centaines de litres d’essence. Vous êtes autonome.


Vous n’avez pas besoin de connaître la vitesse à laquelle vous conduisez si ce qui compte, c’est de faire de belles photos du paysage et que vous avez tout le temps que vous souhaitez à disposition.


Cela nous fait glisser sur un point important: ce n’est pas la quantité des informations qui fait la pertinence de l’indicateur sélectionné, mais bel et bien… la qualité de celui/ceux-ci.


En gros, lorsque vous regardez un indicateur, il ne doit jamais vous laisser stoïque. Il doit toujours vous “faire” quelque chose. Soit vous êtes satisfait, soit vous voulez changer quelque chose. 


3) Confondre quantité et qualité.


Le problème ce n’est plus l’information. Vous avez de plus en plus de possibilités de mesurer tout et n’importe quoi. En commençant par les objets connectés, les montres intelligentes, les applications comme Nomie 2. Ce qui est difficile c’est de trouver ce qu’il faut mesurer.


Et il n'y a pas de miracle: il s'agit d'une pratique itérative (faite d'essais et d'erreurs)


La solution que je vous propose dans cet article est simple: 


Apprendre à déterminer des “indicateurs SMART” et prendre le temps aujourd’hui de les mettre en place via la fiche PDF à télécharger.

Indicateur temps


Commençons par la composition de l’indicateur en question. 



Celui-ci doit être:

Significatif (il permet d’indiquer la performance actuelle sur la route menant à l’objectif)

Mesurable (on veut des chiffres)

Accepté par les dirigeants ou vous-même.

Rapide et facile à mettre à jour

Très fiable (les données ne sont pas inventées, elles sont issues de fait)


Prenons un exemple humain et laissons un moment notre voiture:


Vous souhaitez passer un examen sportif (comme je suis en train de le préparer). Par exemple vous souhaitez devenir un pompier. Je pense que dans la majorité des pays, il y a des tests physiques à accomplir (j’espère du moins).


Admettons que vous deviez faire 40 tractions en 2 minutes et qu’actuellement, vous êtes à 20 tractions.


L’un de vos objectifs pourrait être: d’ici la date de l’examen (-1 mois pour de la réserve) je souhaite réaliser 40 tractions en 90 secondes (pour une deuxième réserve, souvenez-vous du biais de l’optimisme).


Sous-objectif: d’ici la date (à mi-chemin de la deadline) je souhaite réaliser 20 tractions en 90 secondes.


Indicateurs SMART:


Performance:


Significatif

Mesurable

Accepté

Rapide à mettre à jour

Fiable

Nombre de tractions réalisées quotidiennement 


Alerte:

Nombre de blocage du dos  / nombre de Crampes


Naturellement cet exemple est super simple, car il ne concerne que vous. Mais vous pouvez ensuite définir ce que j’ai brièvement abordé plus haut:


Indiquer des cibles à atteindre à vos indicateurs.


L’exemple le plus simple: si vous êtes à la bourre (parce que vous planifiez mal la durée de vos tâches ou à cause d’imprévus) et que vous avez 30 minutes pour réaliser un trajet qui met normalement 40 minutes à être réalisé… vous pouvez vous dire “Ah, je vais devoir rouler plus rapidement” et c’est votre indicateur de performance (votre compteur de vitesse) qui va vous indiquer si vous êtes dans les temps.


Important: ce n’est pas sur la route que l’on gagne du temps. Je déconseille de conduire vite, c’est ainsi que l’on meurt rapidement.


Mais c’était un exemple intéressant.


Vous pouvez définir d’autres cibles à vos indicateurs:


15 tractions / jour
XX minutes d'entrainement / Jour

Vous avez compris le truc (et si vous avez des doutes sur vos indicateurs, les commentaires sont là, à votre disposition!)


Maintenant… récupérer les données de votre indicateur

Souvent lorsque vous travaillez sur des objectifs personnels, vous n’aurez pas un département informatique / financier / ressources humaines, avec des logiciels réglés et automatisés vous permettant de récupérer en un clic des données.


En général, lorsque vous travaillez sur un objectif individuel (ou en petite équipe), c’est à vous d’inscrire ce que vous faites pour pouvoir avoir une idée de votre performance.


Mais il y a des moyens de le faire qui vous rendent la vie plus facile. 


Mesurer votre indicateur SMART avec Nomie 2


Nomie 2 vous permet de mesurer ce que vous souhaitez. C’est une application gratuite, disponible sur IOS et ANDROID. Vous pouvez mesurer les quantités, les durées, les km parcourus, les répétitions réalisées, votre bien-être, et j’en passe. C’est à vous de configurer vos indicateurs.


Mesurer votre indicateur avec un tableau Excel


Excel est un logiciel très puissant que le 99% des gens utilisent à 1% de ses fonctionnalités. 

Je fais partie de ces gens. J’ai néanmoins pris le temps de mettre en place des tableaux sur Excel afin de mesurer ma progression. Plutôt que de réinventer la roue, je vous laisse avec la vidéo explicative qui provient du système SCOREUR (que vous pouvez ci-dessous).


L’intérêt réside dans l’application Google Sheet (Android / IOS) qui vous permet de mettre à jour votre tableau depuis votre smartphone (si vous avez un site web, vous pouvez mettre à jour l’application, et votre tableau se met à jour automatiquement sur votre site web…)


Comme ce tableau que j’ai créé pour m’amuser et qui indique le “Nombre de cafés bus”.


Car ce qui est important, c’est vraiment de faciliter/simplifier au maximum la prise d’information liée à votre indicateur. Autrement, vous n’allez pas le faire.

Souvenez-vous: la volonté est un bonus (réfléchissez bien à cela).

Pour terminer -> La fiche d'exercice pour définir votre indicateur:

Créer un indicateur smart


Vous venez de découvrir l’indicateur SMART, vous pouvez à présent télécharger la fiche récapitulative afin de commencer à créer vos propres indicateurs. 

Comment? En commentant cet article, en m’expliquant ce que vous avez aimé, ce que vous n’avez pas compris, ce qu’il vous manque.

De cette manière, je m’améliore perpétuellement et vous pouvez automatiquement acquérir la fiche PDF “Créateur d’indicateur SMART”.


Merci pour votre attention.


J~

PS: Allez plus loin avec les objectifs SMART et les objectifs malins.


Sources: L'essentiel du tableau de bord d'Alain Fernandez


Click Here to Leave a Comment Below 8 comments