ON#130 – Compromis inutile, roue carrée et solution ingénieuse

 

On vous a transféré cet email?

Cliquez ici pour vous inscrire

et recevoir les prochains conseils.

 

Dans cette lettre je partage avec vous 1 manière d’identifier les gens
malheureux (et qui le resteront). Je partage également quelques
réflexions quand à la définition est la résolution de vos
problèmes.

Avant cela…

* Citation de la semaine *

Si la solution implique trop de compromis, le problème doit être
reformulé.

** Ce que je fais **

1. Coaching kettlebell

Je forme (en anglais) des gens à être physiquement fort (sans se
blesser). C’est quelque chose que je souhaitais retrouver:
l’enseignement et le partage sans écran interposé.

Et depuis quelques semaines, je m’éclate.

Certains appelleront cela de la dispersion. J’appelle cela une arme
antifragilité. L’idée de se projet est de me détacher de la
dépendance d’internet.

2. Déconnexion et flânerie

J’ai pris le temps de déconnecter après avoir publié une petite bombe
mentale .

*** Ce que je mesure ***

* Livre terminé (y compris note) 1

* Nombre de snatches à 24kg: 140

**** Ce que je lis ****

Theory of constraints – Eliyahu M. Goldratt (1980)

Ce livre développe la méthode EC (Evaporating cloud) pour faire
disparaître des problèmes qui se trouvent dans les suppositions
inconscientes des gens touchés par le problème.

Par exemple, si je veux atteindre le mont Everest, un prérequis
pourrait peut-être d’être en bonne forme physique, de trouver un guide
de montagne et d’avoir suffisamment d’argent pour m’acheter le bon
équipement.

Mais si je pose la question “doit-on effectuer le trajet à pied?”,
instantanément, des parachutes et des hélicoptères apparaissent à
l’esprit.

La supposition inconsciente était “on doit faire le trajet à pied”. Ce
concept de souligner les suppositions inconscientes permet de recadrer
le problème… voir de faire disparaître celui-ci.

Un autre aspect intéressant de ce bouquin: Mettre l’objectif local en
perspective avec l’objectif global.

Selon Goldratt, 90% des managers bataillent quotidiennement avec des
objectifs locaux qui pourraient simplement être abandonnés. Face à un
problème, la première chose à faire est de se demander “c’est quoi le
problème” et AVANT de sauter sur la manière de résoudre le problème
(le comment) se demander si le problème de l’objectif local est aligné
avec l’objectif global.

Souvent on ne réfléchit pas à cette question… Car nous sommes trop
occupés à éteindre des feux. On ne réfléchit pas à cette question,
car il s’agit d’une pratique que l’on fait depuis des années… donc…
ON A TOUJOURS FAIT COMME ÇA POURQUOI CHANGER??

Parce que la régularité n’est pas synonyme d’efficacité.

On peut passer une vie à communiquer et mal communiquer. Un équilibre
n’est pas nécessairement fonctionnel.

Bon bouquin que je recommande, la note de lecture est dispo pour les
abonnés.

***** À quoi je pense *****

* On peut débusquer les gens malheureux (et qui le resteront)
lorsqu’ils disent “Je serais heureux quand + (condition future)”
Exemple: Je serai heureux quand mes enfants seront plus grands… Je
serais heureux quand je serais à la retraite 😉

* La meilleure manière de prédire comment une personne va se comporter
dans le futur est de regarder comment elle s’est comportée dans le
passé.

* Dans un projet… chaque nouvelle dépendance double vos
probabilités d’être en retard.

Bonne semaine

PS: Pour ceux qui me demandent où je suis passé… je suis passé en
mode plus relax. Juin / Juillet / Août sont des mois où je me
ressource.

 

 

Julien l’Organisologue.

Mon moto: d’abord faire fonctionner, puis améliorer.

Organisologie, Rue Saint nicolas 12, 2000 Neuchâtel, Suisse

Cliquez ici si vous souhaitez quitter l’organisologie à jamais
(et vous désinscrire)

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez