Allez-vous éviter 
les 5 Pièges de la productivité?

Les pièges de la productivité

Dans cet article, vous découvrirez les 5 pièges de la productivité.
5 pièges qui vous éloignent de l’efficacité.

Avertissement: il y a des gros mots. Éloignez les enfants des écrans si vous le souhaitez.

Si vous n'aimez pas lire (et voir mes dessins, j'ai fait une vidéo)

L’angle de cet article se base sur un truc super con: parfois la meilleure chose à faire est de ne rien faire, ou d'arrêter de faire quelque chose.

  • Par exemple, pour gagner aux échecs, il ​"suffit​" d'arrêter de faire des erreurs.
  • Par exemple, pour être productif (ou un peu plus productif du moins) il suffit d'arrêter de passer sa vie englué dans les outils technologiques et les réseaux sociaux.
  • Par exemple, pour vivre plus longtemps, il "suffit​" d'arrêter de fumer ou ​"d'arrêter de manger du sucre"...

Mais bon... arrêter de faire quelque chose, ce n'est pas vendeur. Où est le pognon à se faire?! Alors le marketing est là pour nous rappeler... à quel point le sucre est important.

Sucre porte bonheur... mais oui.

Le sucre porte-bonheur... c'est qui le type responsable du packaging chez ​Coop? Il y a des claques qui se perdent. 

Ou la cigarette.

pub malboro

Petit conseil: si des entreprises doivent payer pour vous dire que quelque chose est « bien », c'est probablement l’inverse. Ou en tout cas c'est très louche.

Et si les ​"experts" en productivité s'y prenaient de la mauvaise manière? Et si la solution était d'abord de supprimer des pratiques, des comportements, des outils qui nous éloignent de la productivité?

C'est ce que je souhaite mettre en avant ici, en citant les 5 pièges de J.D. Meier, auteur du livre "Getting results, the agile way".

getting results

Les titres sont de lui, les chapitres proviennent de mon expérience. Et mes anecdotes personnelles sont... personnelles.

Piège N°1 - La paralysie de l'analyse

La paralysie de l'analyse

C'est l'histoire d'une dinde qui veut planifier l'année à venir en se basant sur les 8 derniers mois. Nous sommes le 20 décembre.

Plongeons dans la cervelle du dindon:

​"Bon, vu les 8 derniers mois, je devrais n’avoir aucun problème à trouver de la nourriture pour les 8 prochains mois à venir. Tous les jours, un type venait me nourrir en me donnant des quantités que je n'arrivais pas à terminer​". Donc tout devrait bien aller... vu que tout s’est bien passé jusqu’ici.

2 jours plus tard, le boucher arrive et coupe la tête ​de la dinde, qu'il était en train d'engraisser pour Noël...

Cette histoire (que j'ai découverte dans le livre Antifragile de Nassim Taleb) est là pour une raison: il est impossible de prédire le futur (même en se basant sur la passé). Alors... pourquoi tenter de créer le plan parfait? Si le plan parfait existait, Fukushima, Tchernobyl et les crises financières ne seraient que des films...

Ensuite, tout évolue tellement vite que votre plan ne collera jamais à la réalité. Qu'est-ce qui vous permettra de vous adapter à la réalité? Le FEEDBACK des résultats que vous produisez... Développez donc un biais pour l’action et l’amour du feed-back en gardant à l’esprit ceci: si vous voulez des garanties… achetez-vous un grille-pain (ou mes formations).

Un bon ratio entre l’analyse et l’action?

20% d'analyse 80% d'action.

Exemple: En créant 4 produits en 4 semaines, je reçois beaucoup plus de feedback adapté à mon environnement qu'un type qui crée un produit par mois.

Une bonne manière de limiter la masturbation cérébrale est de mettre en place des limites minimum et maximum.

Par exemple, si vous êtes toujours dans l'action, inscrivez dans votre agenda un moment où vous allez réfléchir sur ce que vous faites (trop d'action ce n'est pas bon non plus, cela donne naissance à des types qui ont le nez dans le guidon et qui se réveillent sur leur lit de mort en criant "QUOI MA VIE EST DÉJÀ FINIE?"). 

Si vous réfléchissez trop, imposez-vous une limite maximum par semaine. On reparlera des limites un peu plus loin.

Piège N°2 - Se sentir prêt pour agir

La procrastination

Souvenez-vous de la dernière fois où vous étiez trop fatigué pour commencer à vous envoyer en l'air. Mais en commençant, l'énergie est arrivée (ou l'inspiration... ou les deux, peu importe).

Ainsi, croire qu'il faut se sentir prêt pour se mettre en mouvement, c'est une excuse de plus.

Si vous avez de la peine à agir sur ​demande, OK.

Reconnaissez-le.

Puis mettez en place un environnement qui augmente les conséquences négatives liées à l'inaction OU qui facilite le démarrage d'une tâche. Les check-lists m'aident beaucoup, car elles réduisent l'importance perçue de la tâche à réaliser.

Souvenez-vous qu'en attendant l'inspiration, vous allez manquer des opportunités qui se trouvent sur le chemin menant à vos résultats.

Astuce: Chaque soir, déterminez 3 tâches à réaliser dès le matin au réveil (ou à un moment précis). Déterminez également l'ordre des tâches.

Piège N°3. Ne pas savoir ce qui doit être fait

brûler vos to-do listes

Si vous ne savez pas ce qui doit être fait...

  • Comment déterminer des ressources?
  • Comment planifier?
  • Comment trouver les bonnes personnes pour vous aider?

Il n'y a nul vent favorable pour celui qui ne sait où il va. Merci Sénèque! Et je le répète tellement souvent que je vais bientôt me le tatouer sur le front pour éviter de devoir le répéter à chaque individu.

Les types sont tellement perdus aujourd'hui qu'ils préfèrent planifier leurs vacances une année à l'avance (pour avoir les meilleurs prix) plutôt que de planifier leur vie. Quel beau merdier.

Et certaines personnes qui ne savent pas ce qui doit être fait vont compenser cette absence de direction par de l'agitation. Elles vont investir du temps et de l'énergie pour rien.

Elles courent dans tous les sens alors que la seule action qu'elles devraient faire, c'est d'arrêter de courir, se poser et réfléchir à ce qui doit être fait.

Si vous êtes dans cette situation, dieu merci vous avez trouvé cet article. Maintenant... si vous n'avez pas d'expérience dans ce qui doit être fait, vous avez de la chance, vous vivez à une période où vous pouvez en quelques clics trouver des types qui sont passés par là où vous vous apprêtez ​à passer.

​Évidemment, moins vous avez d'expérience, plus je vous recommande de prendre de la marge de sécurité.

Quoi de pire que de se trouver devant une liste de tâches sans savoir par quoi commencer? Le meilleur moyen de finir dans vos e-mails. Donc les priorités des autres.

Piège N°4. L'absence de limites

l'absence de limite

Je me souviens d'une époque où plusieurs fois par semaine je devais rencontrer le boss d'une entreprise. Le type était tellement dans le guidon qu'il s'endormait lors de nos réunions.

Mais je n'éprouvais aucune colère, j'éprouvais de la pitié. 

Le type n'avait simplement pas appris à mettre des limites.

Si vous êtes accro au travail, la limite sera le nombre d'heures maximum à faire chaque semaine. Par exemple 50. Cela vous forcera à bien réfléchir aux activités et personnes qui méritent votre attention.

Si vous avez tendance à engraisser facilement en restant assis sur une chaise, alors il faudra définir une limite minimum d'entraînement hebdomadaire. Par exemple 3 fois 30 minutes.

Pour info, nos ancêtres marchaient 20 km par jour (les hommes) et 10 km par jour (les femmes). Notre cerveau a besoin d’un corps en mouvement pour bien fonctionner.

  • Si vous allez au travail en voiture et que vous allez faire du vélo en salle… pourquoi ne pas vendre votre voiture et aller au travail en courant (ou en vélo si vous aimez le risque?)
  • Si vous êtes comme moi, avec cette tendance à l'isolation, alors il faudra mettre une limite minimum de moments sociaux par semaine (2 pour moi).
  • Si vous préférez perdre votre vie devant Netflix plutôt que de dormir... alors il faudra mettre une limite de série par semaines (ou par jour).

Bref... vous voyez le truc?

Ce ne sont pas ceux qui se saignent pour leur client qui sont les plus appréciés. J'ai vu des types se défenestrer (ou presque) pour leur patron, et se faire jeter comme des malpropres après 30 ans de bons et loyaux services.

Piège N°5. Le perfectionnisme

le perfectologue

Faire quelque chose d'OK maintenant est bien meilleur que de louper une opportunité qui ne se représentera plus.

Si j'avais attendu d'être bon avant de me mettre à écrire et publier mes textes, alors vous ne verriez même pas ce texte. J'envoie des e-mails à 10'000 personnes avec des fautes. Cela m'arrive même si je relis et que je mets en place des check-lists. 

Parfois, certaines personnes me demandent un remboursement. OK, je rembourse.

Mais dans l’ensemble, les gens sont satisfaits. Ils ne sont pas face à un type équipé d’un balai dans le cul qui leur parle en costard-cravate ou qui lit un prompteur. 

De plus, la qualité se loge dans l’œil de l'observateur.

La preuve? Regardez mes anciennes vidéos...

La même vidéo... et des avis très différents:

Bordel, 2013.

Le perfectionnisme prend plusieurs formes:

  • Il y a ceux qui ne commencent pas.
  • Il y a ceux qui ne terminent pas (par peur d'être critiqué...)
  • Il y a ceux qui se font culpabiliser une fois leur produit dehors.

Petit conseil: concevez vos résultats comme des versions.

Souvenez-vous, il faut du feedback de votre système direct pour améliorer vos pratiques... cela nécessite de faire des versions.

Même Apple a des versions iPhone 4, 5, 6, 7, etc. Je ne sais même plus à laquelle il se trouve à présent.

La clé anti-perfectionnisme c'est l'itération. D'ailleurs, il y a deux ans, j'avais sorti un guide sur la productivité... et je viens de le mettre à jour.

Productivité agile

Même les auteurs et les maisons d'édition font cela (uniquement avec les livres qui se vendent bien): ils rééditent de nouvelles versions dans lesquelles les auteurs peuvent mettre leurs idées à jour.

Si le sujet de la productivité vous intéresse, la version N°2 du guide Productivité agile (et imparfaite) se trouve ici. Il est gratuit.

Merci pour votre attention.

J.


PS: Si vous êtes un perfectionnisme qui s’est mis à transpirer en lisant cet article, j’ai créé une série d’articles qui commencent ici.

--


  • Lilith dit :

    Super article!
    C’est un bon condensé des pratiques et conseils que je lis sur ton blog depuis un an.
    C’est des choses qu’on devrait noter et se répéter comme un mantra chaque matin. Pour ma part je peux dire que ça marche!
    Merci beaucoup de revenir aux bases de temps en temps. Cela nous permet de garder le cap.

  • Julien dit :

    Salut @lilith !

    Merci pour ton message! Je viens d’y ajouter les images (au cas où tu lis ce message).
    Mantra ou alors… avoir des systèmes qui sont conçus pour t’inciter à agir pour éviter les pièges…

    😉

  • Lilith dit :

    Mais bien sûr ! C’est exactement ce que je me dis chaque fois que commence à faire un bloquage : rappelle-toi de ton entraînement, évite de tomber dans le piège (avec la voix de Rafiki hihihi).
    Au fait, avant que le site soit redessiné on recevait les réponses à nos commentaires via notre mail. J’aimais bien ce système. Aujourd’hui j’ai vu ta réponse parce que j’ai tellement aimé l’article que je voulais prendre des notes. Sinon je t’aurais loupé

  • Super article! Bon moment de lecture ! Je découvre ton site aujourd’hui et je trouve tes conseils très précis et très pro :-). J’ai lancé également un blog sur ces thématiques (depuis très peu de temps) alors je suis ravie de voir que j’ai des personnes avec qui je pourrai échanger sur le sujet! Bonne journée à toi!

  • >
    20 Partages
    Partagez20
    Tweetez
    Partagez