5 signes qui prouvent une meilleure organisation

Vous le savez déjà :

Vous ne pouvez pas, NE PAS vous organiser.

Vous lisez cet e-mail.

Donc vous avez une boite e-mail à gérer.

  • Vous prenez des rendez-vous avec vos amis.
  • Vous prenez des engagements envers vous-mêmes.

Et pour éviter de sacrifier tous les domaines de votre vie pour "réussir"......comme cet entrepreneur qui gagne des millions... mais qui est à son troisième AVC et deuxième divorce)...

Vous vous organisez.

Cela vous permet d'avancer avec régularité dans plusieurs directions... sans vous disperser.

Mais êtes-vous plus organisé depuis que vous lisez des articles pour mieux vous organiser ?

Pour le savoir, je partage 5 signes qui ne trompent pas...

Que j'ai ressenti.
Que des milliers d'autres personnes ont ressenti.

Avant cela...

Pourquoi est-ce que l'organisation est un sujet qui pose problème depuis la nuit des temps ?

(ou du moins, depuis que l'Homme existe)

Parce que les problématiques de l'organisation sont liées à notre psychologie. À la conception de notre cervelle. 

  • On est trop optimiste... (donc on bourre notre agenda de tâches)
  • On surévalue nos compétences... (on sous-estime la durée des tâches)
  • On pense que les problèmes arrivent qu'aux autres... (on s'engage dans trop de projets)On pense que demain ira mieux.... (on se met à procrastiner).

Et les outils numériques n'aident pas. Nous ne sommes pas câblés pour les gérer intuitivement. Il y a un apprentissage à réaliser pour ne pas se retrouver le serviteur de son smartphone. À la poursuite d'une dose de dopamine.

Votre organisation personnelle s'améliore : 5 signes qui ne trompent pas

1. Moins d'oscillations

meilleure organisation

Quand l'organisation est dysfonctionnelle, on accumule de l'information, que l'on doit traiter avec intensité. Par exemple, on accumule des e-mails dans l'inbox. Parce qu'on ne les traite pas, on doit bloquer un week-end par mois pour rattraper le retard. Sans surprise, on manque des échéances. Des informations importantes.

On est relax... puis stressé... relax... puis stressé...

Vous vous dites "mais c'est ce qui m'aide à me sentir vivant Julien. À être productif!"

Le truc, c'est que même en pratiquant l'Organisologie, vous aurez des moments où vous êtes tendu. Parce que le monde est impermanent. L'un des aspects qui m'a le plus aidé à améliorer mon organisation personnelle est la pensée en flux d'information.

Un flux est régulier.
Comme une rivière.
Le flux peut être plus intense.
Moins intense.
Mais le flux demeure.

À quel moment une donnée se transforme en instruction ? Qui / quoi génère des tâches ? Pourquoi ? Comment retrouver des idées que je génère quand je suis détendu... afin de m'aider à être créatif dans les moments stressés ?

J'aime bien le terme oscillation.

Avec l'Organisologie, j'oscille toujours. Mais l'intensité de l'oscillation diminue.

Il y a plusieurs années je bloquais 3 jours pour redéfinir ma stratégie, mes objectifs. Aujourd'hui, je prends 15 minutes par semaine. 3 heures par année.

Il y a plusieurs années, j'écrivais 3 pages de pensées par jour dans mon journal... durant 3 semaines. Ensuite j'abandonnais jusqu'aux prochaines bonnes résolutions.

Hier j'ai écrit 3 lignes dans mon journal parce que j'étais claqué.

J'ai toujours des périodes où le bordel s'accumule dans ma vie. Dans mon système. Mais la taille du bordel et le nombre de fois où cela arrive ont tendance à diminuer.

2. Moins de maximisation

On peut réussir sans organisation, mais en général, on maximise un ou deux domaines de sa vie. Par exemple, on fait carrière mais la vie de famille va mal.

L'un des intérêts de l'Organisologie est de réussir à avancer dans plusieurs domaines en parallèle.

Mais ne rêvez pas : vous ne pourrez pas égaler les gens qui se consacrent intelligemment à une seule chose. Quand deux mathématiciens intelligents veulent découvrir la nouvelle loi de la relativité, faire les bonnes choses ne suffit plus.

À compétences / stratégies égales, une personne qui travaille 4 heures par jour dans un domaine ne pourra concurrencer la personne qui bosse 12 heures par jour.

À votre niveau, un domaine à la priorité.

Mais vous pouvez avoir un bon business.
Une bonne vie de famille.
Faire de la poterie.

Tout dépend de...

1. Vos valeurs

2. Ce que vous attendez de la vie en général (qu'est-ce que réussir signifie pour vous?)Au moment de lancer la première édition de mon livre, j'ai passé ma certification Strongfirst. J'ai repris une compagnie dans les troupes de sauvetage.

Mais je n'ai pas écrit un bestseller. Et j'aurais pu être mieux préparé lors de la reprise de ma compagnie.Vos ressources sont limitées.

Des choix sont faits (que vous le vouliez ou non).

Gardez à l'esprit : n'importe quel système peut être saturé. Mais en acceptant de ne pas atteindre la perfection. En choisissant les bonnes tâches... vous pouvez faire des progrès importants dans plusieurs domaines.

Faut-il maximiser ? Se donner à 200% dans un seul domaine ?

Je pense que si on veut être connu... apporter une grande contribution dans un domaine particulier (comme les mathématiques), c'est une option. Mais une option très risquée. Si votre plan d'action ne fonctionne pas... vous serez passé à côté de la seule vie que vous avez. Est-ce que votre narratif sera suffisamment fort pour gérer la situation ?

Mais si on vise le bien-être ? La tranquillité d'esprit ? Alors la maximisation n'est pas recommandée.

L'Organisologie, c'est la productivité sereine. On se donne les moyens de réussir en travaillant intelligemment.

3. Moins de réflexions permanentes

Quand on comprend qu'un système ne s'achète pas clé en main, on réalise que plus on s'expose au feed-back, plus on peut améliorer le système. Le feedback ne se génère pas en lisant des articles comme celui-ci. Il se génère en grande partie avec les actions que vous prenez.

C'est les actions que je prends dans mon quotidien qui me permettent de me dire "Ces conseils fonctionnent. Cette stratégie fonctionne."

C'est le point commun des livres / vidéos / articles qui proposent des solutions " Comment devenir XYZ". La solution ne se trouve pas dans le livre. Elle se trouve dans vos actions.

Un système complexe fonctionnel est toujours le résultat d'un système simple qui a évolué. Tenter de construire quelque chose de complexe du premier coup est voué à l'échec.

Une organisation personnelle qui tient la route est le fruit de tests et d'expérimentations. On ne peut pas acheter une formation en se disant "ok, je serais organisé".

Peu importe le logiciel que vous utilisez, le logiciel ne fait pas le travail pour vous. La solution est comportementale.

(Et n'écoutez pas les développeurs de ces applications qui doivent justifier leurs salaires)

4. Moins d'action chaotique

L'action chaotique consiste à faire faire faire. C'était mon mode de fonctionnement privilégié. Cela reste mon mode d'action par défaut. Mais quand je ralentis mon action (ce qui est difficile pour moi) je réalise que mes check-listes sont vraiment utiles. Que suivre un plan et de relire un article peut apporter en clarté dans mes textes.

Quand je quitte l'action chaotique, je laisse du temps à la réflexion. C'est le concept des pauses quotidiennes. Est-ce que je travaille sur la bonne tâche ? Est-ce que j'ai dévié?

C'est le concept des revues hebdomadaires. Est-ce que j'ai atteint mes objectifs? Qu'est-ce que je veux faire la semaine prochaine ? Est-ce que je peux supprimer des obstacles?

5. Moins de Zigzags 

Le zigzag est cette tendance humaine de passer d'un projet à un autre. D'une application à une autre. D'un persona à un autre. D'un canal d'acquisition à un autre. D'un/e partenaire à un/e autre.Jean-Philippe Lachaux (Neurobiologiste, chercheur en neurosciences cognitives) appelle cela le dilemme du chercheur d'or.

Vous trouvez un gisement d'or. Allez-vous exploiter celui-ci ou continuer à explorer en espérant trouvant un meilleur gisement d'or?

Vous trouvez un business qui fonctionne... allez-vous continuer d'exploiter celui-ci... ou de chercher une autre opportunité ?

Sur ce point, Barry Schwartz m'a ouvert les yeux.

Je ne pourrais jamais lui être assez reconnaissant. Son livre "The paradoxe of choice" m'a fait réaliser qu'en recherchant le meilleur, l'optimisation, le rendement, j'allais objectivement finir dans une meilleure situation (par rapport à une personne qui n'est pas dans cette démarche).Mais... ?

Subjectivement, j'allais moins être satisfait de mon choix. Car dans l'exploration, je fais des choix (que je peux regretter).

Dans l'exploration, je me compare. Je vois des gens qui ont trouvé de meilleurs gisements que moi. Surtout, dès que mon gisement présente des désavantages, je me remets à douter. Puis si je reviens vers mon gisement initial, je vois parfois que celui-ci est déjà pris.

Avec l'Organisologie, je zigzague moins.

PREMIER BONUS. Moins de "je n'ai pas le temps"

"Ceux qui emploient mal leur temps..."

Disait Jean de La Bruyères (1645-1696)

"...sont les premiers à se plaindre de sa brièveté."

Une action qui m'a beaucoup aidé à me réorganiser est d'identifier les fois où je dis "je n'ai pas le temps"... puis de remplacer la phrase par... "je n'ai pas pris le temps pour XYZ"

En fait le problème du temps est un faux problème.

Le vrai problème? J'en parle ici dans la méthode J.O.T.A pour mieux gérer votre temps.

DEUXIÈME BONUS. Être capable de prononcer Organisologie

C'est cadeau!

Orga - niso - logie.

Même moi... j'en ai mis du temps.

Julien

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Faites comme + de 15'000 personnes ambitieuses: recevez mes conseils testés (et mis à jour) directement dans votre boite e-mail.

Inscrivez votre mail ci-dessous. Vous pouvez vous déinscrire depuis chaque mail.
Vos infos restent confidentielles.

liste organisation
>